Introducing West New Guinea

39.00

En stock

Description

La Nouvelle-Guinée occidentale, voisine indonésienne de la Papouasie-Nouvelle-Guinée, est peu connue des universitaires et des scientifiques, et même du monde entier, car le gouvernement indonésien garde jalousement l’octroi de permis aux chercheurs et aux journalistes étrangers.
Les explorateurs et les anthropologues ont beaucoup écrit sur la Nouvelle-Guinée néerlandaise. C’est à partir de ces livres et manuscrits, et des documents récemment publiés recueillis par le Dr Kal Muller, que nous avons maintenant un document concis pour quiconque étudie la Nouvelle-Guinée occidentale. Une introduction nécessaire, il donne un aperçu complet – la formation de l’île, sa flore et sa faune, ses peuples et ses cultures, le commerce précoce et son histoire jusqu’à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Information additionnelle

Auteur

ISBN

Publication Date

septembre 15, 2021

Binding

Paperback

Size

No. of Pages

116

À propos de l’auteur

Le Dr Kal Muller a passé 22 ans à travailler et à vivre avec deux groupes papous, ce qui lui a permis d’avoir accès à d’excellentes relations non seulement avec les gens, mais aussi avec d’éminents universitaires et scientifiques et leurs ressources.

À propos de la série

L’objectif est de fournir un canal pour la publication d’études sur l’île de Nouvelle-Guinée, avec ses deux divisions politiques établies, mais inclura également d’autres modèles associés d’îles.
It will enable contributions from new knowledge workers—with their dissertations—and from established scholars. As there are numerous scholars who would like better coverage of the areas in which they have explored—as a tribute to the people they have worked with—as well as local scholars who understand the importance of their unique areas. It is felt that the approaches being trialed in the visual anthropology part of the series as area studies will bring a wider attention to the remarkable nature of the island.
The first volumes will be on modes of communication: oral history and folklore, and the emergence of a local literature. While the representation of all disciplines is welcome, comparative and whole island studies would be of great interest as well. For this, collaborative works or edited volumes may be needed.
It will allow for academic publications of a more preliminary kind—rather than exhaustive monographs, which are becoming more and more impossible to produce.
Where is the knowledge we have lost?